Bébé | Enfant

Blogue

Services aux parents

Consultations

Choisir un lit d’enfant

par | Bébé, Enfant

Avec la panoplie de meubles et d’accessoires mis à la disponibilité des parents, sans parler de la publicité qui bat son plein, il n’est pas rare de se sentir désorienté devant les choix à effectuer. Celui du lit ne fait pas exception. Berceau ou couffin?

Lit de bébé, de transition ou de « grand »? Voici les différentes options qui se présentent à vous en fonction de l’âge de l’enfant, des besoins ciblés et de l’attitude sécuritaire à adopter.

Le couffin

De petite taille, la forme enveloppante du couffin procure un sentiment de sécurité. Facilement transportable grâce à ses anses, il permet à bébé de retrouver ses repères où que vous alliiez. Certains modèles sont compatibles avec un pied (support) pour le surélever à la manière d’un mini lit; idéal pour un cododo sécuritaire en début de vie. Il vous faudra par contre vous assurer de sa stabilité. Pour ce faire, l’installer près d’un mur peut éviter qu’il se renverse si bébé bouge beaucoup. Il est déconseillé de laisser un enfant dormir sans surveillance dans un couffin, avec ou sans pied.

À prendre en considération :

  • Des parois d’une hauteur d’au moins 20 cm. Faute de quoi, bébé pourrait rouler ou éventuellement grimper par-dessus bord. On ne sait jamais à quel rythme se développera l’agilité d’un enfant!
  • Des anses (poignées) résistantes et de petite taille pour un transport plus sécuritaire (max. 30 cm).
  • Un matelas plat d’une épaisseur raisonnable afin qu’il demeure confortable, mais assez ferme pour ne pas que votre bébé s’y enfonce. Vous l’apprécierez davantage s’il est lavable…
  • Un fond rigide et plat qui préviendra les roulades. Tester sa solidité pour le transport, par exemple en le remplissant d’un ou plusieurs objets dont le poids avoisine les 12 lb.

Durée d’utilisation :

Comme chaque bébé croît à son rythme, fiez-vous à son confort pour déterminer si le couffin lui va encore. Si bébé semble à l’étroit, qu’il ne peut s’allonger et s’étirer à sa guise, c’est qu’il est rendu trop grand pour le couffin! Généralement, passé 3 mois, on le remise.

Le berceau

À l’instar du couffin, le berceau se veut rassurant par son étroitesse. Il y a même un petit côté romantique à ce petit cocon que l’on crée dans un berceau. Souvent fait de bois ou d’une imitation, le matériau est solide et résistant, contrairement à la souplesse du couffin. Par définition, un berceau berce, mais on en retrouve tout de même qui ne sont pas munis d’une balancelle. Celle-ci est par contre appréciée des tout petits (et des parents!) puisqu’elle favorise l’endormissement. Il convient cependant d’éviter qu’une habitude s’installe chez l’enfant et qu’il associe « dormir » à « bercement » puisque tôt ou tard, il devra s’endormir sans ce mouvement. Le berceau est l’alternative non transportable du couffin pour dormir à la maison. On le retrouve souvent dans la chambre des parents. Il en existe même une version exprès pour le cododo; un système de fixation permet d’en faire une extension du lit des parents.

À prendre en considération :

  • Des rebords d’au moins 20 cm de haut, comme le couffin, pour éviter que l’enfant passe par-dessus bord.
  • Des barreaux (le cas échéant) suffisamment rapprochés les uns des autres (max. 5 à 6 cm).
  • Une stabilité éprouvée, par exemple grâce à des pieds suffisamment écartés ou à des roulettes munies de freins.
  • Un fond solide et plat pour prévenir les roulades.
  • Un matelas ferme dans lequel le bébé ne peut s’enfoncer (faute de quoi il pourrait y suffoquer) et de la même dimension que le fond du berceau pour qu’il demeure stable et que l’enfant ne glisse pas dans l’espace vide.

Durée d’utilisation :

Un bon berceau peut rester sécuritaire jusqu’à ce bébé atteigne l’âge de 6 mois. Par contre, si celui-ci peut s’assoir tout seul avant cet âge, il faut le remiser.

Pour le couffin comme pour le berceau, afin que votre enfant dorme en toute sécurité, il est recommandé de le coucher sur le dos dans une pièce aérée et non surchauffée (22 °C). S’il est bien de varier les positions lorsque bébé est sous haute surveillance de votre part (entre autres pour prévenir une plagiocéphalie), celle sur le dos demeure celle qui réduit le plus les risques de syndrome de mort subite du nourrisson. De plus, ne le revêtez pas outre mesure ou ne l’emmaillotez pas trop serré.

Prévoyez simplement une épaisseur supplémentaire par rapport à ce que vous porteriez vous-même, ce sera suffisant. Une dormeuse fait généralement l’affaire. 

Le lit à barreaux (bassinette)

Ce lit servira sans doute plusieurs mois, voire quelques années, puisque certains enfants souhaitent y dormir jusqu’à l’âge de 4 ou 5 ans. Choisissez un matériau durable et confortable. Beaucoup de modèles offrent la possibilité de transformer le lit selon l’âge de l’enfant, de la naissance à la petite enfance. Dans ce cas, la hauteur du support à sommier se modifie, et la garde d’un des longs côtés est coulissante. Cette dernière option vous permet aussi de prendre bébé sans vous éreinter. Certains se transforment même en lit de transition. Les prix sont variables, mais vous pourriez ainsi vous passer d’un couffin ou d’un berceau si vous le souhaitez et si bébé ne souffre pas d’insécurité dans un espace plus grand. La quiétude et la sécurité du bébé doivent primer l’esthétisme dans vos critères d’achat. Dans cet ordre d’idée, il n’est pas recommandé d’utiliser les contours de lit décoratifs ou les couettes de lit (souvent vendus en kits très mignons) avant un bon moment puisqu’ils pourraient nuire à la bonne respiration de l’enfant. Lorsque bébé gigotera tellement qu’il se cognera aux barreaux, ce sera le temps des contours coussinés et, lorsqu’il sera capable de se défaire aisément de ses couvertures, vous pourrez sortir la couette!

NOTEZ BIEN que seuls les lits à barreaux dont la date de fabrication dépasse septembre 1986 sont conformes aux exigences de la règlementation en vigueur. Vérifiez l’étiquette du fabricant si vous dégotez un lit usagé!

À prendre en considération :

  • Des rebords d’au moins 60 cm afin de garantir à bébé la meilleure sécurité possible, et ce, peu importe la hauteur modulable que vous utilisez, si votre lit est doté de cette option. Assurez-vous que votre enfant reste toujours protégé par les rebords.
  • Bébé peut se mettre à quatre pattes ou s’asseoir? Abaissez le support du matelas au niveau le plus bas.
  • Depuis le 29 décembre 2016, il n’est plus possible de se procurer dans un magasin un lit à barreaux avec un côté abaissable. Si le vôtre est équipé d’un côté abaissable, son mécanisme doit demeurer solide et inaccessible à votre enfant.
  • Des barreaux dont l’espacement ne doit pas excéder 6,5 cm pour éviter que bébé passe sa tête entre les barreaux.
  • Des côtés bien fixés. Si le lit vous a été vendu en prêt à assembler, soyez doublement vigilant. Une simple erreur d’assemblage peut en compromettre la sécurité.
  • Un matelas ferme et de qualité, de la même taille que le fond du lit. Si vous achetez un lit évolutif, privilégiez les modèles qui vous éviteront d’acheter un nouveau matelas. Sinon, assurez-vous tout de même qu’il soit toujours de la bonne taille.
  • Une stabilité éprouvée qui saura supporter les mouvements d’un bébé grandissant.

Durée d’utilisation :

Lorsque le bébé enjambe le rebord de son lit de bébé, il convient de changer de lit ou, du moins, de le transformer à son dernier stade : le lit de transition, le cas échéant. Certains enfants sont de jeunes grimpeurs (18-24 mois), d’autres ne tentent jamais d’escalader leur lit. Ce sera la taille de l’enfant ou l’intérêt qu’il démontrera pour les lits de grands qui seront vos guides. Généralement, il peut très bien y dormir jusqu’à 30 mois.

Le lit classique (lit de grand)

Plus un enfant est jeune, moins sa conception du danger est élaborée. Mais leur curiosité, quant à elle, connait bien peu de limites! C’est pourquoi le passage au lit classique, dit le lit de grand, peut s’avérer dangereuse si on ne prend pas la peine d’y installer des côtés amovibles pour un certain temps. Que vous les achetiez neuves ou d’occasion, assurez-vous que les mêmes règles de sécurité que celles mentionnées pour le lit à barreaux (hauteur et espacement) soient respectées. Il n’est pas recommandé de faire dormir un enfant de moins de 2 ans dans un lit classique, même si celui-ci est muni de côtés amovibles.

De plus, investissez autant que possible l’achat d’un matelas neuf et de qualité, ferme, mais douillet, lorsque vous passerez au lit classique; celui de la couchette sera trop petit et un matelas usagé déformé ou contenant une colonie d’acariens n’est guère un choix avantageux! Bien des enfants dorment dans des lits classiques jusqu’à l’adolescence, même jusqu’à leur départ de la maison familiale, alors il s’agit d’un bon investissement.

Les lits superposés

Bien qu’ils soient ergonomiques et qu’ils suscitent l’intérêt des enfants qui y voient comme un jeu le fait de monter la petite échelle, il n’est toutefois pas sécuritaire pour un enfant de moins de 6 ans d’hériter du lit du haut. On a répertorié un nombre inquiétant d’enfants qui, depuis 1985 (époque où ce type de mobilier a gagné en popularité dans les foyers canadiens), ont perdu la vie parce qu’on les avait installés dans le lit du haut alors qu’ils étaient trop jeunes pour que cela soit sécuritaire. La plupart sont décédés par suffocation, la tête coincée entre le matelas et la garde de protection. Et on ne compte plus les chutes causant des fractures ou des dommages à la tête.

Lorsque vous vous êtes assurés que vos enfants ont l’âge requis pour partager des lits superposés, prenez les précautions suivantes : le lit du haut doit être équipé de barres de protection sur tous ses côtés, en tout temps, et ce, même si certains côtés sont adossés à un mur. La hauteur et l’espacement des barreaux doivent être règlementaires, et le matelas bien ajusté à l’espace prévu.

Chaque changement de lit peut se solder en une étape plus ou moins difficile, dépendamment des enfants. Avec une bonne préparation, de la patience, de la fermeté bien dosée et un brin d’humour, au bout de quelques jours, la transition est généralement accomplie avec succès.

Je vous suggère aussi de lire l’article : « De la couchette au lit de grand » qui élabore davantage sur les stratégies à adopter.

Lectures suggérées :
Comment aider mon enfant à mieux dormir
La sieste chez l’enfant
Le sommeil du nourrisson
Sommeil : la boite à outils!

Besoin d’information pour mieux saisir tous les enjeux de son sommeil?  Voici des sessions d’information sur le sommeil des enfants à visionner chez vous dans le confort de votre foyer.  Ils ont été conçu par groupe d’âge afin de repérer celui qui vous convient le mieux.

© Brigitte Langevin
www.brigittelangevin.com

INFOLETTRE

Abonnez-vous afin de rien manquer