Enfants

Sommeil et vacances!

Ces deux mots mis bout à bout procurent un baume au cœur de presque tous les adultes… sauf s’ils sont de nouveaux parents. Voici les inquiétudes que partageait une maman tout récemment :

« Auriez-vous des conseils à m’offrir afin de préparer mon fils de 7 mois et demi à dormir dans une chambre d’hôtel cet été? Dans un parc? Dans une suite à chambres à part? Dans une bassinette de l’hôtel? Il dort tellement bien ses nuits et ses siestes que j’aimerais faire mon possible pour qu’il dorme aussi bien en vacances qu’à la maison.  Merci beaucoup!  

Ah! Les vacances. Elles sont si précieuses et, en même temps, elles peuvent tellement modifier les bonnes habitudes de sommeil d’un bébé et d’un enfant (parfois acquises de peine et de misère)! Pourtant, les vacances, c’est justement fait pour décrocher de la routine quotidienne, et ce, pour toute la famille... 

Par chance, les bébés et les enfants ne réagissent pas tous de la même façon, lorsque la routine, l’environnement et/ou l’horaire sont différents. Certains vont accepter tous les changements à leur routine de dodo et d’environnement de sommeil, sans même rechigner, comme le témoigne cette maman : « Bonjour Madame. Je voulais vous remercier pour tous les articles que vous mettez concernant le sommeil des enfants et pour tous les conseils que vous m'avez donnés pour mon petit bout de chou de 2 ans. Nous sommes en vacances et il dort, 12 h par nuit et 3 h à la sieste de l'après-midi. Il doit dormir dans notre chambre à l'hôtel et le fait sans problème, sans rechigner avec nous à côté ! Il est, toujours grâce à ce bon sommeil, de bonne humeur! » Cependant, ce n’est pas le cas de tous les bambins.

 

Dormir ailleurs… que dans son lit

En vacances, la règle de base est de se rappeler qu’on fait de son mieux et qu’en prenant soin du besoin de dormir de son enfant, il a le droit de profiter des vacances lui aussi. C’est-à-dire qu’il peut aussi dormir ailleurs que dans un environnement de sommeil adéquat : un lit sécuritaire dans une pièce à la pénombre. On voit donc à la plage ou à la piscine des bébés dormir dans la poussette à l’ombre ou, encore, des enfants confortablement lovés sur papa ou maman (qui sommeillent aux aussi!) sous un palapa (grand parasol fixe qui a des feuilles de palmiers en guise de toile). Et il n’y a aucun problème puisque le but, c’est qu’ils dorment (et que papa et maman se reposent, il va de soi!) afin de mieux vivre les périodes d’éveil subséquentes.    

 

Et durant la nuit?

Là où ça se corse généralement davantage, c’est la nuit. Il convient alors de s’assurer que le bébé et l’enfant soient couchés à une heure raisonnable, car le matin, il y a de fortes chances qu’ils s’éveillent à leur heure habituelle. Donc s’ils sont couchés trop tard la veille, ils risquent de se réveiller en pleurant, ayant accumulé une dette de sommeil. Cela débute mal la journée en plus de risquer d’affecter la qualité des périodes d’éveil qui vont suivre. On comprend alors à quel point les siestes deviennent essentielles afin d’éviter que le bébé et l’enfant s’épuisent et que leur comportement deviennent désagréable… pour le reste des vacances.   

 

Deux petits trucs!

Ce qui pourrait être aidant est d’apporter tous les éléments de son lit (toutou, doudou, draps de son lit non lavés) afin qu’il reconnaisse la texture et l’odeur de ses draps. Il aura ainsi l’impression « d’être chez lui ». Si bébé n’a pas de chambre à lui, il convient aussi de faire en sorte d’éviter qu’il puisse voir ses parents dormir à proximité. Parfois, mettre un meuble entre le parc et le lit des parents suffit à couper les stimuli visuels. Un bébé qui réalise tout d’un coup que ses parents sont là durant son sommeil peut en arriver à forcer des éveils fréquents et pleurer pour obtenir le plaisir de partager encore plus de temps avec eux (même si c’est la nuit et qu’il ne le faisait pas à la maison ou ailleurs en visite).   

 

En profiter!

Parfois, les parents n’ont d’autres choix que « d’endormir » leur enfant afin de le voir mieux dormir autant en soirée qu’en cours de nuit et surtout, pour éviter une escalade de pleurs (souvent due à la fatigue qui s’accumule au fil des jours de vacances) qui risque de déranger les voisins, comme à l’hôtel ou dans un chalet partagé avec des amis ou la famille.  Alors on en profite, on le cajole pour qu’il s’endorme et l’on fait de son mieux pour éviter les éveils nocturnes, même si l’on sait pertinemment que c’est une régression dans les habiletés naturelles de sommeil de son enfant.   

 

Les vacances ont une fin…

Au retour à la maison, il s’agit de remettre en place les bonnes habitudes de sommeil qui prévalaient avant le départ en vacances (qui demandera un investissement de la part des parents et un effort de la part de l’enfant, il va de soi) et au bout de quelques jours, toute la famille dormira à nouveau très bien, chacun dans son environnement de sommeil.    

Vive les vacances! Elles sont essentielles au moins une fois par année, malgré tout ce qui vient avec lorsqu’on a de jeunes enfants. Les souvenirs de plaisir, de tendresse et de bonheur que vous ramènerez vous donneront le gout de partir à nouveau l’an prochain… ou peut-être même avant!    

Voici une entrevue réalisée avec Julien du blogue voyagebaby.com

Besoin d'information pour mieux saisir tous les enjeux de son sommeil?  Voici des sessions d'information par groupe d'âge à visionner chez vous dans le confort de votre foyer.  Ils ont été conçu par groupe d'âge afin de repérer celui qui vous convient le mieux.

Bonnes vacances! 

Pour en savoir plus sur le sommeil des enfants :

Le sommeil du nourrisson
Comment aider mon enfant à mieux dormir
La sieste chez l'enfant

© Brigitte Langevin
www.brigittelangevin.com

 

© 2015 Brigitte Langevin Tous droits réservés
Concept par Gotz Création - Réalisé par Dynamites Design