Bébé

Blogue

Services aux parents

Consultations

Comment lui permettre d’enchaîner ses cycles de sommeil… le jour ?

par | Bébé

Dormir est processus d’enchaînement de cycles de sommeil.  Un cycle dure environ de 30 à 45 minutes chez les bébés et les enfants.  On dit d’ailleurs qu’un bébé fait ses nuits, dès qu’il arrive à enchaîner plusieurs cycles de sommeil et finalement dormir 5-6h d’affilée.

À la fin d’un cycle de sommeil (la nuit ainsi que le jour), autant chez les petits que chez les grands, il y a un microéveil. L’enfant, tout comme l’adulte, ne se souvient pas toujours de ses éveils de courte durée, car la mémoire ne se met pas nécessairement en route à chaque occasion. D’autre part, la perception des éveils est très différente d’un enfant à l’autre.

La plupart des enfants ne vont même pas percevoir ce réveil et vont se rendormir tranquillement, tandis que d’autres vont changer de position en quête inconsciente de leur objet transitionnel. Dès que la main le capte (doudou, suce ou toutou par exemple), ils se rendorment réconfortés par leur habitude. Cependant, certains bébés ne supportent pas de se réveiller pendant quelques minutes et vont se mettre aussitôt à pleurer très fort, voire à hurler.

Voilà en grande partie pourquoi certains bébés ne font que de courtes siestes durant la journée : c’est la faute de ce fameux microéveil à la fin de chaque cycle.  Sachez qu’on ne peut pas les enrayer, c’est purement biologique.

Deux conditions essentielles :
De fait, plusieurs parents se demandent pourquoi un si petit bout de choux, avec une fatigue apparente, refuse-t-il de se laisser aller au sommeil de nouveau à un microéveil lors d’une sieste, alors que durant la nuit, il le fait très bien.  La différence tient du fait que la pression de sommeil la nuit est plus forte, que la durée passée au lit est plus longue et enfin que le parent est beaucoup plus avenant le jour que la nuit, et pour cause, l’adulte ne dort pas le jour contrairement à la nuit.  Le bébé « sait » que son parent est plus disponible le jour et c’est une des raisons pour laquelle il mettra tout en œuvre pour résister au sommeil, surtout si son parent l’aide un tant soit peu, par exemple, en le sortant du lit dès qu’il s’éveille d’une trop courte sieste.

Avant l’âge de 4 mois, il est fréquent que les siestes soient de courtes durées. Toutefois, si bébé ne les allonge pas de lui-même d’ici là, il aura alors besoin d’un petit coup de pouce, passé l’âge de 4 mois pour prolonger son temps de sommeil.  Pourquoi est-ce si important? Moins l’enfant dort de longue durée le jour, moins les périodes d’éveil peuvent être longues (le maximum étant de 2h), car le bébé se fatigue, finit par s’épuiser et ne plus arriver à trouver le sommeil.  Ce sont des bébés généralement qui pleurent aussi beaucoup durant la journée, étant toujours trop fatigués.

Pour arriver à enchaîner des cycles de sommeil, deux conditions sont essentielles :

  • Savoir s’endormir et se rendormir seul;
  • Le laisser dans son environnement de sommeil.

S’il ne sait pas s’endormir seul, il convient alors de lui permettre en le mettant au lit réveillerhttps://brigittelangevin.com/aider-bebe-a-faire-ses-nuits/ le soir.  Vous trouverez dans le livre Le sommeil du nourrisson toute l’information à ce sujet.  Une fois que bébé sait s’endormir seul, il devient plus facile pour lui de se rendormir seul lors d’un microéveil.  L’autre condition est évidemment d’éviter de le sortir de son lit afin qu’il puisse avoir l’occasion de se rendormir. Cela peut prendre tout un cycle, soit environ 30-45 minutes avant de le voir se rendormir.  Si durant cette période les pleurs sont intenses, le parent peut utiliser la même stratégie que celle pour lui permettre d’apprendre à s’endormir seul, le soir.

En combien de temps y arrivera-t-il ?
Cet apprentissage est un défi en soi, car il peut s’échelonner, selon le tempérament du bébé et la constance du parent, sur une période allant jusqu’à 3 à 4 semaines et parfois même plus.  Moins le parent est constant et persévérant, plus l’apprentissage s’allonge.  Le bébé a besoin de sentir une grande cohérence afin d’accepter qu’il y ait des périodes plus moins longue durant la journée où la principale activité est le sommeil.

Enfin, un bébé qui ne dort pas suffisamment le jour est aussi un bébé dont les nuits finissent par se dégrader, soit par un éveil trop matinal, des éveils nocturnes en pleurs ou encore des pleurs  au coucher.  L’importance de le voir bien dormir le jour devient alors capital afin que les nuits redeviennent optimales.

Lectures suggérées :
Comment aider mon enfant à mieux dormir
La sieste chez l’enfant
Le sommeil du nourrisson
Sommeil : la boite à outils!

Besoin d’information pour mieux saisir tous les enjeux de son sommeil?  Voici des sessions d’information sur le sommeil des enfants à visionner chez vous dans le confort de votre foyer.  Ils ont été conçu par groupe d’âge afin de repérer celui qui vous convient le mieux.

© Brigitte Langevin
www.brigittelangevin.com

INFOLETTRE

Abonnez-vous afin de rien manquer