Enfants

Plus de sommeil, moins de maux

Tannés d’avoir des enfants avec la « guidine » au nez durant une partie de l’hiver?  Il y a moyen de vivre cette période de l’année différemment!

Avec la saison froide qui prend sa place de plus en plus, vient aussi un risque plus accru de tomber malade, autant pour les petits que les grands.  Pourquoi l’hiver est-il plus propice aux virus? Selon des recherches, il a été démontré que les virus se propagent mieux dans de basse température et à faible taux d’humidité… ce que nous apporte la saison hivernale ou plutôt le solstice d’hiver qui dure de fin novembre à début mars.  

Comment prévenir?

Bien qu’il soit quasi impossible de s’assurer que les enfants ne contractent aucun virus durant les mois plus froids, il y a moyen de faire de la prévention.

En voici quelques-uns :

  • Bien les alimenter : offrir des aliments des quatre groupes alimentaires quotidiennement;
  • Leur donner des probiotiques;
  • Les exposer au soleil le plus possible (même à travers une fenêtre) pour éviter la carence en vitamine D, dû au manque d’ensoleillement l’hiver;
  • Leur permettre de bouger : aller dehors si possible ou pratiquer une activité motrice et physique à l’intérieur;
  • S’assurer de la propreté : lavage régulier des mains et nettoyer les objets fréquemment utilisés à la maison.

Tous ces points sont importants à respecter, mais le plus important de tous, bien sûr je prêche pour ma paroisse, me direz-vous, c’est le sommeil.  Il a aussi été démontré scientifiquement que le sommeil est un allié puissant au système immunitaire, car en effet, le manque de sommeil réduit l’immunité.

Il est parfois difficile de découvrir les besoins exacts en quantité de sommeil pour nos enfants, autant de jour que de nuit.  De fait, certains parents sont étonnés que des enfants qui dorment moins que les leurs ne démontrent pas avec évidence leur carence en sommeil. Il serait tellement plus facile si le sommeil était mesurable : ah! Il est seulement 10h30 et mon coco est déjà qu’à 42% d’énergie, je crois bien qu’il va aller au lit plus tôt ce soir…

Voici 3 signes qui indiquent que votre enfant dort suffisamment.

  • Il s’éveille de bonne humeur. Un enfant qui dort bien et suffisamment s’éveillera automatiquement en gazouillant de son sommeil nocturne et de ses siestes. Si tel n’est pas le cas, il serait bien d’expérimenter de le coucher un peu plus tôt, de 15 à 20 minutes par exemple, lors des siestes et au coucher le soir. Il est fréquent de les voir s’éveiller avec un cycle de sommeil supplémentaire (un bon 30 à 45 minutes de plus) avec des sourires dans les yeux, en plus d’être totalement disponible, donc agréable, pour faire des activités avec vous.
  • Il n’a pas de signe de fatigue dans l’heure qui suit. Le bébé qui baille, chigne, se trémousse exagérément, frotte ses yeux, son nez, ses oreilles, s’appuie la tête sur vous lorsque vous le prenez, à l’intérieur de 60 minutes de son levée, peut indiquer que son corps lui envoie déjà des signaux de fatigue auxquels il tente de résister pour rester en connexion avec vous le plus longtemps possible et ainsi profiter de votre amour et de tous les petites attentions que vous lui offrez.  Chez les plus vieux, en plus de voir les signaux énoncés précédemment, on peut aussi observer une excitation débordante lorsqu’arrive la routine du dodo, comme si un regain d’énergie apparaissait tout à coup, alors que dans la minute précédente, il se frottait les yeux et bâillait. Par ailleurs, il devient moins collaborateur et tout devient un défi où l’unique réponse à vos demandes sont des pleurs et de la frustration.  Les heures de repas deviennent aussi plus exigeantes. Encore une fois, il est bien de revoir son horaire ou si c’est ponctuel, dû à une sortie qui n’a pas permis de le coucher à ses heures habituelles, un dodo plus tôt en soirée d’un bon 30-45 minutes peut faire toute la différence.
  • Il est en santé, la plupart du temps. Si vous passez vos fins de semaine au cabinet du pédiatre parce que votre cocotte a otite par-dessus otite ou rhume par-dessus rhume, entremêlés avec une gastro ou une grippe, il y a fort à parier que ses heures de sommeil ne soient pas suffisantes pour elle ou encore que la qualité de son sommeil ne soit pas optimale.  Il est tentant de croire qu’un enfant de moins de 6-7 ans puisse dormir moins de 11h la nuit, qu’un enfant de 3-4 ans puisse éviter la sieste en début d’après-midi ou encore de couper la sieste du matin chez un bambin de moins de 15-16 mois…  soit sans conséquence, pourtant c’est plutôt rare, il finit toujours par y avoir des signes qui nous indiquent tout le contraire.  Quant à une nuit optimale, il s’agit  d’une nuit sans pleurs, sans microéveils mal gérés et sans éveil trop matinal (avant 6h).

Comment le faire dormir s’il ne veut pas?

Là est toute la question!  En effet, je confirme que personne n’a le pouvoir de forcer qui que se soit d’autre à dormir et encore moins un enfant qui a développé de grandes compétences à résister au sommeil.  Cependant un pouvoir que vous avez, en tant que parent, est de choisir de maintenir l’environnement de sommeil, lorsque coco s’éveille prématurément de son sommeil nocturne ou diurne, d’autant plus s’il le fait en étant de mauvaise humeur. Maintenir l’environnement de sommeil signifie que personne ne se précipite pour le sortir du lit prétextant qu’il ne peut se rendormir.  Bien sûr, vous pouvez aller le voir pour lui dire que le dodo n’est pas terminé, le replacer et lui redonner ses éléments de sommeil (toutou, suc et doudou). 

Les petits trains du sommeil, cette sensation interne d’un appel au sommeil, ne passant qu’aux 30-45 minutes (malheureusement), il faut donc patienter un peu pour lui permettre d’en ressentir au moins un avant de capituler.  S’il accepte de se rendormir, tant mieux!  S’il ne le fait pas (ce pouvoir lui appartient!), au moins vous lui en aurez donné l’occasion, il sera levé à ce moment-là et assurément coucher plus tôt à la prochaine période de sommeil. 

Des pleurs intenses surviennent, retournez le voir à intervalle de plus en plus longues (1-2-3 minutes ou 2-4-6 minutes, etc..) pour l’aider à ce qu’il puisse choisir de s’apaiser… Si c’est trop pour vous, respectez-vous, sortez-le du lit et multipliez les courtes siestes.  Le plus important est qu’il puisse dormir pour bonifier son système immunitaire.

Bon hiver!

 

Lectures suggérées : 
Comment aider mon enfant à mieux dormir
La sieste chez l'enfant
Le sommeil du nourrisson

Besoin d'information pour mieux saisir tous les enjeux de son sommeil?  Voici des sessions d'information par groupe d'âge à visionner chez vous dans le confort de votre foyer.  Ils ont été conçu par groupe d'âge afin de repérer celui qui vous convient le mieux.

© Brigitte Langevin
www.brigittelangevin.com

© 2015 Brigitte Langevin Tous droits réservés
Concept par Gotz Création - Réalisé par Dynamites Design