Rêves

Enceinte, je fais de drôles de rêves...

Des facteurs émotifs, telles que des inquiétudes à propos de la santé du bébé ou à l’idée d’accoucher peuvent à l’occasion occuper votre esprit durant la journée. Le soir, lorsque vient enfin le moment de se laisser aller dans les bras de Morphée, des cauchemars se chargent parfois de vous rappeler vos angoisses à propos de l’accouchement ou encore du fait de devenir parent.

Le dernier trimestre de la grossesse semble être le moment le plus prolifique en matière de rêves. Il arrive que cette période fasse ressortir des angoisses et de l'agressivité enfouie au plus profond de vous. Les cauchemars se font donc plus nombreux. Cependant, plusieurs motifs génèrent l’apparition des cauchemars, ils varient selon chaque femme. Voici deux différentes causes pouvant provoquer des rêves désagréables.

 

1- Les cauchemars réactifs à l’état physiologique

Le cerveau est en alerte 24 heures durant et signale à l’individu tout déséquilibre interne et externe. Cela explique pourquoi un enfant mettant sa main sur une source de chaleur intense la retirera rapidement sans même réfléchir. Le signal est quasi automatique et ressenti tout aussi rapidement par la partie du corps mise en péril. 

La nuit, lorsque le corps est profondément endormi, le cerveau dispose de peu de moyens pour faire parvenir un message au corps qu’il gère et protège. Pour contacter son hôte, le cerveau utilise l’envoi d’images et de sensations par le biais du rêve. Cela peut prendre la forme d’un scénario dans lequel, par exemple, on se met tout à coup à chercher un site sur Internet pour aller uriner. Une action aussi bizarre suscite chez la femme enceinte un certain questionnement à même le déroulement du scénario. Celui-ci finit par la tirer de son sommeil et lui faire prendre conscience d’un besoin urgent de vider sa vessie. 

La nuit suivant un accouchement peut aussi être perturbée par des scénarios troublants, si des douleurs persistent encore. Je me souviens à la naissance de ma fille, les contractions ont continué plusieurs heures après l’expulsion du placenta et lorsque j’arrivais enfin à m’assoupir, je rêvais d’un volcan en éruption expulsant les cailloux coincés à l’intérieur. La métaphore du rêve illustre bien le processus physiologique en cours dans mon corps à ce moment-là.

 

2- Les cauchemars générés par l’état émotionnel

Les inquiétudes ne disparaissent pas avec le coucher du soleil. Le mignon chaton se transforme en gros méchant loup, la nuit venue. Si cela est vrai pour les enfants, il en est de même pour les adultes; ce qui paraît insignifiant dans la journée peut prendre des proportions démesurées lorsque la lampe de chevet s’éteint. En effet, il y a dans le rêve une amplification des difficultés produisant des histoires de rêves catastrophiques. 

Couchée pour la nuit, espérant que le sommeil vous gagne rapidement, doucement des ombres se dessinent dans l’obscurité, les images, les réflexions et les conversations de la journée resurgissent.  Il peut s’agir des craintes liées à sa propre santé mais aussi et c’est plus souvent le cas à celle de l’enfant à naître. Sera-t-il « normal » ? La grossesse va-t-elle aller jusqu’à terme ? Les questions sont multiples et les réactions de chacune sont très variables en fonction du vécu personnel, de la sensibilité, mais aussi de la capacité à ne pas généraliser un cas malheureux survenu à Madame X et raconté dans les détails par la soi-disant meilleure amie... Comme le dit bien l’expression, « on broie du noir ». Tout ce qui pénètre dans la pensée (paroles, lectures, images) dans les dernières minutes avant l’endormissement, est transporté dans les rêves et affecte la qualité de ceux-ci. 

Les cauchemars sont parfois nécessaires pour permettre de libérer les déchets mentaux et émotionnels que sont accumulés au fil des jours durant la grossesse. Aussi, sous l'effet de l'anxiété nous n'avons pas toujours conscience des pensées parasites envahissant notre esprit, traitant l'information de façon erronée et pouvant être destructrices. Cette façon négative d'interpréter la réalité provoque des ruminations mentales, génératrices de sentiments et d'émotions perturbatrices pouvant ressurgir durant la nuit sous forme de scénarios catastrophiques amplifiant les sources d’anxiété. 

Parmi les thèmes principaux abordés dans les cauchemars chez la femme enceinte, on retrouve :

  • La valise n’est pas prête et les contractions commencent ;
  • Le conjoint est inaccessible et la future maman se retrouve seule pour accoucher ;
  • L’accouchement est difficile ou il y a des complications ;
  • Le bébé a un problème de santé ;
  • Le médecin ou la sage-femme n’arrive pas à temps ;
  • La future maman accouche dans des conditions difficiles ;
  • Perdre son ventre ;
  • Etc…

Les répercussions sur le bébé ?

Les rêves angoissants autour de la grossesse n'ont aucune répercussion néfaste sur le bébé. Il est faux de dire à une femme enceinte que ces sortes de rêves ne sont pas bons pour le bébé. Il faut savoir que la seule chose que le bébé puisse ressentir, c'est un utérus plus tendu que d'habitude. Il y sera un peu moins à son aise, mais c'est tout !"

 

Et les beaux rêves alors ?

Rassurez-vous, ils sont aussi présents durant la grossesse. Les rêves qui nous transportent et nous mettent de bonne humeur dès le premier pied posé à terre, sont un délice pour le moral. Quelle joie de pouvoir rêver pendant la nuit au bébé que l’on attend avec tant d’impatience et qui nous remplit de bonheur ! Les rêves ont le mérite de nous laisser voir (ou croire !) qu’il a les yeux de son papa et les cheveux de sa maman. Certaines mamans ont même des rêves dans lesquels elles peuvent s’entretenir avec leur futur bébé par la transmission de pensées (télépathie).  Elles apprennent ainsi leur prénom et même ce qu’ils veulent devenir un fois grand ! Évidemment, la science n’admet pas ce phénomène, mais qu’importe, ils font tellement de bien.

 

Quelques trucs pour faire de beaux rêves et éviter l’insomnie

Les techniques sont simples. Détendez vous dans la journée, faites de la relaxation, l'exercice physique régulier vous aidera aussi. Une bonne marche en fin de journée vous détendra et vous fatiguera sainement pour vous aider à passer une nuit agréable. Évitez de vous avachir devant la télévision le soir après le repas. La télévision favorise la somnolence et le fait de s'allonger après le repas favorise le reflux gastrique, donc les brûlures d'estomac. Voici d’autres trucs

  • Prenez un repas léger mais suffisant pour ne pas être réveillée par la faim ;
  • Evitez les excitants comme le café, par contre les tisanes à base de verveine, tilleul et camomille, mais aussi le lait tiède ont des vertus soporifiques. Toutefois, n'oubliez pas de limiter la quantité, parce que les doses consommées vous obligeront à vous relever la nuit ;
  • Ne vous couchez pas immédiatement après avoir dîné, prenez le temps de digérer ;
  • Aérez votre chambre avant de vous mettre au lit ;
  • Prenez un bain chaud dans la mesure où vous ne souffrez pas de problèmes de circulation sanguine, dans le cas contraire ce type de relaxation est à proscrire,
  • Préférez un bon livre au lit plutôt qu'un film violent ou une émission sans intérêt,
  • Faites participer votre mari ou votre conjoint, demandez-lui de vous masser avec une huile relaxante, sur un fond de musique apaisante ;
  • Bien étendue dans votre lit, prenez soin de respirez profondément.

 

Parlez-en !

Si vous avez des angoisses, des peurs, le meilleur des remèdes est d'en faire part à votre gynécologue ou sage femme qui saura donner les réponses à vos questions et vous tranquilliser sur votre état de santé, celui de votre futur bébé et de votre rôle en tant que nouvelle maman. 

Profitez également de vos séances de préparation à l’accouchement pour faire part de vos soucis l’intervenante sur place.

Enfin si quelqu'un de votre entourage a la fâcheuse manie de vous raconter tous les malheurs dont elle (ou il) a eu vent en ce bas monde quant aux accouchements, grossesses… essayez de prendre vos distances et ne vous laissez pas déstabiliser.  Chaque cas est individuel et à moins que la personne en question soit un professionnel de la santé, mieux vaut ne pas l'écouter !

 

Lectures suggérées : 
S.O.S. Cauchemars
Les rêves prémonitoires
Mieux dormir... j'en rêve!


© Brigitte Langevin
www.brigittelangevin.com

© 2015 Brigitte Langevin Tous droits réservés
Concept par Gotz Création - Réalisé par Dynamites Design