Sommeil adultes

Trouble de la paralysie du sommeil

Se réveiller avec l'incapacité de ne pas bouger, ne pas parler et parfois même de respirer... cela peut paraître angoissant: il s'agit de la paralysie du sommeil.

Durant le sommeil et uniquement pendant le déroulement du rêve (en sommeil paradoxal), une atonie musculaire est présente. Elle est causée par la libération d’un neurotransmetteur, la glycine qui provoque l’inhibition des neurones moteurs. On se retrouve alors paralysé, tout comme on le serait si on devenait quadraplégique. Ces deux formes de paralysie sont ressenties de la même façon dans le corps, mais celle survenant pendant le sommeil de rêves est normale et prend fin dès la fin du rêve ou au moment du réveil. Ce phénomène permet au rêveur d’expérimenter son rêve et de le vivre avec intensité sans toutefois produire les gestes et les mouvements associés au rêve qui pourraient perturber son sommeil et celui de l’entourage. 

Cependant, dans le processus du sommeil, une erreur de parcours peut se produire et le rêveur s’éveille avant que la paralysie du sommeil se soit estompée. L’état de panique s’installe instantanément. Imaginez-vous un seul instant, éveillé, étendu dans votre lit et incapable de bouger. Pour en rajouter, votre cerveau vous envoie une scène cauchemardesque dans laquelle vous voyez ou vous entendez, par exemple, un brigand se faufiler dans votre maison, vers votre chambre. La terreur ressentie par le dormeur est énorme et provoque presque toujours un choc brutal. 

Par ailleurs, certaines personnes peuvent s’éveiller complètement avant la dissipation de l’atonie, sans qu’il y ait de rêves ou de cauchemars associés à cet éveil prématuré. Toutefois, elles ont généralement l’impression qu’elles vont mourir et appréhendent que ce phénomène angoissant se répète. 

Une autre variante du corps paralysé peut se produire également à l’endormissement, lorsque des images extravagantes et bizarres, semblables à des cauchemars, accompagnent l’incapacité totale de bouger. La personne est éveillée et consciente, mais ne peut parler ni bouger. 

Comment réagir ? Que ce soit au réveil ou à l’endormissement, ce phénomène d’éveil pendant l’atonie musculaire est peu fréquent. Toutefois, un fort pourcentage de la population adulte a vécu, une fois dans sa vie, une situation aussi bouleversante. De courte durée, pouvant s’échelonner sur une à quatre minutes, cette paralysie semble interminable à celui qui la vit. Un petit truc pour vous tirer de cet état : forcez-vous à battre des paupières ou à bouger les orteils et les doigts. C’est suffisant pour diminuer l’atonie en activant progressivement les autres muscles du corps. De plus, si vous ne paniquez pas, les scénarios épouvantables auront moins de chances de se manifester.

Voici le lien pour écouter l'entrevue avec le Dr Pierre Mayer à ce sujet !

Lecture suggérée : 
Mieux dormir... j'en rêve!


© Brigitte Langevin
www.brigittelangevin.com

© 2015 Brigitte Langevin Tous droits réservés
Concept par Gotz Création - Réalisé par Dynamites Design