Témoignages

Services aux parents

Consultations

Apprentissage au sommeil… avec la suce

Bonjour Mme Langevin,

Lorsque nous nous sommes parlées, Samuel (5 mois lors de la consultation) ne faisait pas ses nuits et les siestes étaient encore difficiles malgré déjà 4-5 semaines d’efforts à passer par-dessus les pleurs de protestation et à suivre le mieux possible les recommandations lues dans vos ouvrages Le sommeil du nourrisson et Comment aider mon enfant à mieux dormir.

Nous avons commencé le sevrage des boires de nuit, un peu malgré nous, la soirée même où nous nous sommes parlées. En fait nous voulions débuter un weekend plus tard, car nous prévoyions le faire garder pour une partie de la nuit quelques jours après et nous ne voulions pas accabler la gardienne avec le processus de laisser protester. Cependant, la nuit suivant la consultation, il s’est réveillé et réclamait à boire seulement 3 heures après le coucher, j’ai donc décidé que ça suffisait, je ne voulais pas recommencer à nourrir aux 3 heures, déjà que je trouvais qu’il «régressait» depuis quelques semaines à demander aux 4 à 6 heures la nuit plutôt qu’une seule fois comme il le faisait depuis environ ses 3 mois. Nous avons laissé Samuel exprimer son mécontentement en allant le calmer après 5-10-15-20 minutes (il était déjà habitué à de longs laps de temps). Ça a duré un bon 2h30. Mais ensuite, ce fut terminé pour le reste de la nuit. Même scénario le lendemain, mais la crise a duré moins longtemps (1 hr de moins) et s’est produite plus tard dans la nuit. La nuit suivante est celle où nous l’avons fait gardé, le processus a comme prévu été un peu entravé. Je l’ai fait boire une fois cette nuit-là pour «acheter la paix» (de toute façon, toute la soirée et le début de la nuit ne respectaient en rien la constance installée des jours précédents), mais on s’est repris en main dès le lendemain. Les nuits suivantes se sont bien gérées. Les crises ont vite disparu, mais à la place, il jasait et tournoyait dans sa couchette pendant ses périodes d’éveil. On laissait aller au début jusqu’à ce qu’il se rendorme, ce qui nous tenait tous réveillés des fois plus d’une heure, donc après un certain temps, on a introduit les «interventions express», c’est-à-dire le replacer dans son lit et lui remettre sa suce. Nous avons gardé la suce jusqu’à présent. Elle ne pose pas problème et semble davantage donner à Samuel le «signal» qu’il est temps de se taire et de se calmer pour dormir plutôt que d’être une nécessité pour s’endormir.

Donc en résumé, il ne boit plus la nuit depuis la consultation téléphonique (à part de rares exceptions pour «acheter la paix» lorsque nous dormons à l’extérieur); après 3 à 5 jours d’application de la stratégie lors des éveils nocturnes, on est ensuite passé à des nuits de 12 hrs sans pleurs notables, mais avec 1 ou 2 «interventions express» par nuit. Après 2 semaines, il a fait ses premières nuits de 12 hrs sans nous réveiller et depuis on alterne entre cela ou des nuits de 12 hrs avec 1 ou (rarement) 2 petits éveils réglés avec la suce. Les Fêtes n’ont heureusement pas trop démoli nos efforts, il y a eu des nuits un peu perturbées par des éveils en crise, mais ce sont des 5 minutes de pleurs, pas plus. Il se rendort le plus souvent seul, même si la suce est tombée. Et à 6 mois, nous constatons qu’il est souvent capable de reprendre et remettre sa suce lui-même si elle lui est accessible!

Les siestes ont aussi pris du mieux. Il dort maintenant entre 4 et 6 heures pendant la journée, réparties en 2 ou 3 siestes. Il dort en moyenne 2h-2h30 par sieste, am et pm. La sieste du soir est variable, on lui fait faire selon les besoins, car il lui arrive de se lever tard en fin d’après-midi (dépendamment de l’heure où on l’a couché pour le dodo pm), donc on la juge moins nécessaire et on compense en le couchant un peu plus tôt à la place. Nous n’avons pas d’horaire établi pour les siestes, nous suivons la règle du 2 heures d’éveil et sommes à l’écoute de ses signes de fatigue et ça fonctionne bien. Samuel semble bien s’adapter aux fluctuations d’horaire. Je pense qu’il a compris que quand on le couche, c’est pour faire dodo. Peu importe l’heure qu’il est. Et de bien respecter les rituels de coucher et de lever ont beaucoup aidé, on voit qu’il a bien associé ces actions (lever et descendre la toile, fermer la porte de chambre, sortir du lit sans pleurs, etc.). Je dirais qu’au moins 80% des siestes sont satisfaisantes, pour le reste, il ne dort pas toujours, mais pleure beaucoup moins (il se retourne et gazouille dans son lit, parfois presque toute la durée de la sieste).

Voilà! Maintenant, le nouveau défi sera de gérer ses nouveaux acquis (se retourne sur le ventre et augmentation de sa mobilité). Il semble justement très intéressé à les exploiter dans sa couchette! Pour l’instant, ce n’est pas encore problématique, on le laisse aller et il s’endort après quelques minutes d’activité.

Merci du support que vous m’avez apporté. J’étais découragée d’avoir fait déjà tant d’effort pour si peu de résultat mais je constate que j’étais sur la bonne voie et qu’il fallait seulement persévérer un petit peu plus longtemps en renforcissant quelques actions et finalement, le dodo n’est plus un problème. Je suis contente de vous avoir parlé à ce moment, j’étais vraiment sur le point d’abandonner mes efforts et de laisser Samuel prendre le contrôle!

Continuez votre bon travail! Il n’a pas de doute que vous apportez beaucoup de bien à énormément de familles. Je recommande vos conférences, votre site et vos ouvrages à plusieurs personnes de mon entourage!

INFOLETTRE

Abonnez-vous afin de rien manquer